couverture de la bande dessinnee l'ile aux cent mille morts

BD coup de coeur : L’Île aux Cent Mille Morts (Vehlmann/Jason)

On revisite les histoires de pirates avec cet album coup de cœur : l’île aux Cent mille morts. Humour noir et pince sans rire avec cet album du duo Fabien Vehlmann et Jason.

Oui mais c’est quoi l’histoire de l’île aux cent mille morts ?

Bon OK ! Je vais te faire le pitch ! Alors, L’île aux cent mille morts, c’est l’histoire de Gweny. Elle est déterminée à retrouver son père, parti à la recherche d’un trésor grâce à une carte trouvée dans une bouteille à la mer. Par chance, elle trouve elle aussi une bouteille ce qui va lui permettre d’aller à l’aventure et de quitter sa folle de mère.

Gweny s’enfuit donc de la maison et va trouver l’aventure avec une bande de pirates. Embarquement immédiat pour l’Île aux cent mille morts avec cette bande cupide. Il s’avère que l’île n’est peuplée que par une école de bourreaux. Ces derniers attirent les aventuriers pour s’en servir comme cobayes pour les classes de torture ou d’exécution. Vont-ils réussir à quitter cette île malfamée ? A toi de le découvrir…

C’est qui ces auteurs et pourquoi lire cette BD ?

Première collaboration pour le norvégien Jason dont les traits sont caractéristiques et très dépouillés. Il a suivi le scénario plutôt déjanté de Fabien Vehlmann. Ce dernier est plutôt connu pour des albums assez grands publics tel que Spirou ou encore Seuls.

L’Île aux cent mille morts est une histoire pleine d’humour. Certes, ce dernier est plutôt noir. Une aventure décalée, avec des personnages loufoques et de comique de situation. Bon, il faut aimer les récits surréaliste, mais le fil est très bien réalisé grâce aux dessins minimalistes et il n’y a pas de temps mort. Absence de sens dans cet album, mais remplacé par de l’absurde et ou la violence y est joyeusement banalisée avec cette école de bourreaux. Se lit d’une traite et assez rapidement grâce à une construction très fluide et bien orchestrée. L’album se lit donc très vite et on aimerait même que cela continue un peu. Hélas, il s’agit d’un one shot.

Quelques liens :

La page de l’album sur le site des éditions Glénat

Laisser un commentaire